Les jardins secrets

Entrez avec moi dans ces jardins fabuleux,

entièrement créés par une famille de grand talent…

tout est fabriqué , créé par le papa, la maman ,

leurs trois filles et maintenant leurs petits enfants


Tout était en friche et à commencé comme ça

On reste béât devant tant de beauté.

C’est l’œuvre d’une vie,

on peut visiter tout à loisir et se promener comme chez soi..

on s’arrête sous les tonnelles pour prendre un thé à la menthe ou une collation servie par les maîtres des lieux.

Madame s’occupe de la création des jardins, et à  peint  les meubles de motifs floraux, animaliers et romantiques







les filles ont tapissé les sols de calades,



Les fontaines ruissellent dans les patios intimistes







Les petits salons vous accueillent avec leur banquettes orientales ,







Décors de ferronnerie, de bois sculpté, de pierre etc…

















Enfin je ne sais plus quoi dire pour signifier le contentement

que l’on éprouve en visitant ces jardins

Je vous propose une succession de photos sans légendes

juste le plaisir des yeux

Ce couple originaire de Tunisie et du Maroc sait nous faire

partager leur bonheur de vivre et de créer.

1561 route de Lagnat

74150 VAULX

Pas loin D’Annecy.



 















 

 

Les kiosques Parisiens.

Voici un extrait d’un message  de « Paris zigzag »

Je  vous engage à vous abonner à ce site,

on apprend beaucoup..

Si on aime Paris et y flâner comme une certaine fourmi infatigable et curieuse de tout,

il est fait pour vous.

Donc ces fameux kiosques nous approvisionnent généreusement en journaux et autre

depuis des dizaines d’années

Se demande t- on d’où ils viennent?

Oui pour certains curieux.

En fait monsieur Davioud qui comme beaucoup

le savent à donné son nom à la rue dans laquelle

j’ai habité pendant plus de 36 ans

et pour qui  j’ai une tendresse particulière,

à beaucoup œuvré pour le confort de Paris.

Architecte  de son état il a été à l’origine du théâtre du Châtelet, de la fontaine saint Michel

que l’on ne regarde pas assez..

et aussi des petits abris le long du lac du bois de Boulogne.

Puis  ces petits « chenils »?? ( kiosques )

furent au début réservés aux veuves de guerre pour

qu’elles puissent venir y chercher une petite aide financière.

Sur les Grands Boulevards le premier kiosque

voit son apparition en 1857,  éclairé le soir il avait l’avantage de sécuriser les alentours.



En 1859 de nouveaux kiosques plus novateurs

font leur apparition.

En chêne avec des dômes en zinc,

un auvent pour protéger les acheteurs.

En 1880 ils sont 340!

Ils sont placés surtout dans les quartiers chics de la capitale.


 

Aujourd’hui.

ils sont encore plus de 300.

Mais les kiosquiers faisant faillite car l’activité est peu rentable les kiosques commencent à diminuer.

plus que 266 en 2004 !

Donc pour redonner un « coup de fouet »

la mairie a décidé de les autoriser

à vendre des produits dérivés.

Parapluies, souvenirs, confiseries etc…

enfin tout le monde connait

il suffit d’aller au Trocadéro pour le voir.

Pour ma part je préférerais un « vrai » kiosque pour la presse et d’autres pour les fariboles.

Mais tout va encore changer. D’autres modèles sont à l’étude .

Il faut faire travailler les designers.

aluminium, verre, zinc, espace etc…

Du pratique mais du moins beau et surtout aucun charme.

enfin il faut vivre avec son temps, n’est ce pas ?

 

Kokedama. Koke :mousse. Dama: boule


Mon premier cours de Kokedama.

Espace Japon 12 rue de Nancy. Paris 

Le petit matériel 



Tout est dans le détail 😀

 


Le projet

notre charmante professeure nous montre la mousse vendue en paquet, ou alors à trouver dans la forêt.


 


il faut humecter généreusement la mousse recto-verso et enlever les petites impuretés.

( aiguilles de pin , petits cailloux etc…)

 

 


 


Ensuite mettre un plastique léger dans le fond du bol et y déposer la mousse côté vert dans le fond.

galber le tout à la forme du bol.


On ajoute ensuite de la terre à bonsaï, qui une fois mouillée conservera l’humidité pendant assez longtemps.


Terre à bonsaï 

 


La petite plante est prête.

La déposer dans le bol et combler les vides avec du terreau.


 



 


Il faut rabattre les bords de la mousse tout autour de la plante en s’efforçant de former une petite boule

on peut s’aider d’une pique en bois .




 —-

Sortir la boule du bol en s’aidant du plastique

et donner une forme de boule en pressant le tout

comme si on voulait faire une boule de neige.

 


Bien presser la boule  et l’ entourer avec un fil pour maintenir le tout.

 


Maintenant il faut faire tremper la boule dans une bassine d’eau pendant quelques minutes



Bien presser la boule une fois sortie de l’eau

c’est fini!!

Déposer votre oeuvre sur une jolie soucoupe.

 

Il ne faut pas que la boule trempe dans de l’eau .

Il faut veilller à tremper  la boule régulièrement.Tous les jours s’il fait très chaud ou une fois par semaine.

Cela dépend évidemment de chaque plante et de la température ambiante

Il ne faut pas mettre la boule au soleil

mais à la lumière et à l’air.

Cela peut tenir ainsi deux ans!!

On peut faire un Kokedama pour l’intérieur et aussi pour l’extérieur selon les plantes choisies.

admirez

Un dimanche à Paris. On végétalise l’avenue Foch.


Des machines énormes et superbes.

Moissonneuse batteuse, environ 9m50 d’envergure


Un peu de fraîcheur.



Une roulade bienvenue parmi les fleurs 





Comment fabriquer de la pâte à papier avec des boîtes à oeufs en carton.


Un labyrinthe de balles de vieux cartons et papiers.



Des petites terrasses improvisées





Achats modestes pour petits balcons.


Des lamas pour l’alpaga. Trop craquants !!!—-



Des cils immenses..


Charolaise, Aubrac, Salers, Blonde d’Aquitaine.


Salers.




La bouse une formidable matière.

Fortifiant pour les sols, combustible, isolant,

( Merdacotta) pour créer des objets designs,


Il suffit de quelques secondes aux insectes ( les recycleurs ) pour se présenter à la porte de la bouse encore fumante.

Une microfaune se bouscule désireuse de trouver sa place sur cette matière providentielle.



Comment transformer les brins de lin.?

Les producteurs sont patients, les Parisiens ébahis.



Jolis vêtements en lin.




Le blé , l’arc de triomphe . Que c’est beau et étrange.

Tout le monde est tellement content.


Là où l’on admire les abeilles.



La journée se termine. Les visiteurs commencent à « glaner »