Château Crève -Coeur




La reconstruction historique est très réussie

grâce au concourt des historiens, archéologues, artisans,  scenaristes et  reconstititeurs

qui ont travaillé ensemble  pour redonner vie

au château à travers les époques.

Le logis seigneurial et la haute- cour du château

permettent de se plonger dans le monde

de la petite noblesse normande.

Dans la basse-cour, La Chapelle et les bâtiments agricoles nous rappellent que clercs, paysans,

fermiers  et serviteurs peuplaient aussi le château.

Pendant plusieurs jours, Crève-cœur

fait revivre au public une histoire pleine de rebondissements.


On prépare les guirlandes de feuillages

pour la décoration des tables, des murs, etc…




La couturière termine la robe de la mariée.

Le mariage est demain.

 


En cuisine on s’active.

Les repas sont préparés au feu de bois dans la cheminée .

Tout est confectionné comme au 19 éme.

Pas de robots, etc..





La gouvernante vient chercher le petit comte. À table ! 



Madame rencontre une amie.


Le bonimenteur essaie de vendre une mixture

au venin de serpent qui est censée guérir tous les maux.




—–

Les enfants  « modernes » sont très intrigués par la confection de la crème fouettée dans la baratte.


Le clerc de notaire.


Monsieur le baron fait le tour de la propriété

en saluant les visiteurs


Un abbé tout fluet répète son homélie.


Il faudra un plancher pour les danses villageoises.


Monsieur le notaire rédige les actes.


Le colporteur essaie de vendre ses colifichets.


On répète un petit air, en distillant une liqueur?


Interaction entre les visiteurs et les personnages.



Monsieur le baron donne ses ordres.


Remarquez la bonne ressemblance du tableau.



Le pain est cuit au four à bois.

 






Le musée olympique de Lausanne

 



Ces sculptures sont sensées vous inciter à la gymnastique !  

 


Et celles là au tour de France.


Et la dame du dessous? Au farniente ou à la diète ?

Ceci est un bison.?

Le parc est émaillé de ces sculptures étranges qui semblent être en plastique gonflable , comme une bouée 


 

 


 


Une rampe grandiose vous mène jusqu’aux 

salles d’exposition. Le Brésil commence la visite par quelques installations et des photos.













Les ballons déstructurés de Felipe Barbosa n’ont plus rien de rond:

à plat, chaque pièce s’emboîte à  l’autre dans une géométrie d’arabesques abstraites

Ces ballons évoquent autant la plage où il s’en vend de toutes tailles, que les fameux sports collectifs d’altinhia, symboles d’une culture balnéaire dont l’objet fétiche ( après le bikini) n’est autre que ….le ballon.






Pierre de Coubertin.


Sa tenue d’escrimeur.





Quelques exemples des flammes olympiques.




Pour transporter la flamme sans qu’elle s’éteigne et avec sécurité il faut l’enfermer dans une capsule  spécialement conçue.

un peu trop compliqué à détailler…


 

Les costumes créés pour le défilé d’ouverture font preuve d’une grande créativité .




Ci dessus costume de la porte- enseigne  Italienne.

Turin 2006.

Réinterprétation  en miniature et en trois dimensions de la ville de Turin.

De plus les montagnes, les skieurs et les arbres miniatures

ne manquent pas de rappeler le théâtre de ces jeux d’hiver:

les Alpes Italiennes.

—-

 

Quelques idéogrammes 




Les stades rivalisent de créativité, défiant parfois les lois de la physique ou exploitant les dernières technologies.

Les bâtiments créés ne font pas dans la demie-mesure.

Toute l’audace d’une ville s’y révèle.



Toujours la très belle vue sur le lac Léman.


Et pourquoi pas un petit selfie. J’ai observé cette dame pendant un bon quart d’heure.

Elle ne se lassait pas d’elle même 

On peut aussi s’essayer à la course à pied

sur une mini- piste.



Pierre de Coubertin.





Allez y , c’est superbe et pas très loin de chez nous.

Ensuite vous pourrez aller à Vevey pour découvrir la maison de Charlie Chaplin. Un prochain article.

 

Dans le sous sol Parisien et dans un grand magasin.

 

Supplément  urbain et souterrain.

Ces publicités sont apparues dernièrement dans les couloirs et sur les quais du métro.

Elles sont si différentes des autres

qu’elles méritent bien un petit flash 








Le Bon Marché à lui aussi fait peau neuve.

Admirez cette sublime verrière.








 




 



Le Bon Marché à lui aussi fait peau neuve .

Admirez cette sublime verrière.




La décoration du moment.certains murs accueillent des tableaux contemporains pour la plupart de toute beauté.






 

Le jardin des tarots de Niki de saint Phalle

 

En Italie à Capalbio dans la province de grosseto

à l’extrême sud de la Toscane.  

Cette visite au jardin des tarots je l’attendais depuis un certain temps et je n’ai pas été déçue.

Tout est joyeux, ludique et explosion de couleurs.

Mon texte est construit d’après un article de Denis Peiron.

« C’est son parc, c’est sa vie.

Niki de saint Phalle a consacré deux décennies de 1979 à 1998

à la réalisation du jardin des Tarots, inspiré du célèbre jeu de cartes divinatoire.

Chaque oeuvre ou presque évoque de près ou de loin l’un des arcanes majeurs du Tarot.

Tout dans ce parc est couleurs, rondeurs, scintillements.


Le parc est situé sur une ancienne carrière,

un projet fou qu’elle nourrissait de longue date,

depuis une visite du parc Güell, de Gaudi à Barcelone.

Elle a financé ce projet pour un tiers en commercialisant des parfums

dont elle a conçu les flacons.

La magie du lieu tient à la démesure des réalisations et à leur agencement.

Les mosaïques sont étonnantes et audacieuses.

Il y a une succession de terrasses, de balcons, d’escaliers,

de voutes ombragées.

Niki avait même aménagé un appartement au sein de « l’impératrice »

Le parc est aussi un hommage à « son homme » le sculpteur « Tinguely »

Tinguely  était le mouvement, j’étais la couleur et le figuratif »

Plusieurs installations de Tinguely émaillent le parc.

et quand il a échappé à une grave maladie

Niki de saint Phalle érige une petite chapelle en signe de gratitude, surmontée d’un ange protecteur.

à l’intérieur un cierge n’en finit pas de brûler.

Niki de saint Phalle s’est éteinte en 2002, 11 ans après Tinguely. »


Commençons la visite sous un soleil implacable.

Les piliers de cette cour sont tous différents les uns des autres.

Admirez la richesse créative de l’artiste.

——

——



« L’impératrice », imposante!!

———–

Un superbe dragon se repose sous les arbres.

——-

——

——-

——-

L’arcane de « la mort »

Mal en point!!

——-

 

« Le diable  » caché dans un bosquet.

——-

 

Tinguely et Niki.


Un peu de ski de fond ! 



« La justice »


« La tempérance »

——

 

——-

——–

Le célèbre « Ricardo » dont une réplique est sur la tombe

d’un ami de Niki au cimetière du Montparnasse.

 

le frère du Ricardo du cimetière du montparnasse.

 


Les deux amis prennent un petit verre sous les arbres.

Tinguely et Niki?

——

Gros plans sur quelques magnifiques mosaïques.


 

——

La chapelle qui représente la gratitude de Niki pour la guérison de Tinguely

—–

 

 

Entrons dans son appartement

L’arcane du « chariot » nous accueille.


la salle à manger 


la salle de bains


les fenêtres 


La cuisine

——–


la chambre à coucher.

P1120057

 

———

La table de la salle à manger


Fauteuils aux serpents 

fauteuil au serpent

——-

P1120080

——

un banc de repos

——-

Voilà la visite est terminée.

Allez y !! 

 

160 ans BHV

Amusez vous.

C’est « collector  » émouvant, le livre d’or à la sortie de l’exposition livre toutes sortes de témoignages de gens très émus par ce petit retour en arrière, tout en regrettant l’ambiance surannée du magasin populaire et bon marché.

En effet le BHV n’a plus rien de populaire et toutes les marques y sont représentées aux prix habituellement proposés dans les grandes enseignes, mais pour le bricolage c’est toujours le top, j’y passe mon temps avec plaisir . 

 

 


 


 



François -Xavier Ruel fondateur du BHV

en 1856 il ouvre avec sa femme un magasin au 54 rue  de Rivoli dans un immeuble encore en construction, où il loue à la quinzaine.

Puis il étend le magasin aux étages puis aux autres boutiques du Marais.

En 1912 sous la direction d’Auguste Roy il édifie la rotonde qui deviendra l’étendard du magasin qui continuera à s’étendre et se modernisera au fil de la croissance de l’entreprise.

Deux architectes Granon et Roger éclairent les espaces avec de nombreuses verrières,  typiques des grands magasins.

A la mort de François – xavier Ruel en 1900, l’entreprise emploie  800 personnes.



 



La magasin propose divers objets de bimbeloterie, quelques pièces de bonneterie, et toutes sortes de marchandises vendues bon marché.

Le magasin se fait rapidement une spécialité dans la quincaillerie et l’outillage, il propose tres tôt, tissus, confection, lingerie et toute la panoplie de service à la personne.

les artistes viennent se fournir en matériel.

par exemple Auguste Rodin.

ci dessous la facture d’un de ses achats.

Depuis 160 ans l’enseigne suit les évolutions de la mode,

de la silhouette de la garçonne pendant les « années folles » en passant par le bikini, et la mini jupe etc…

Les hommes ne sont pas oubliés avec les premiers articles de sportwear ou les accessoires nécessaires à la pratique de l’automobile .


 

Auguste Rodin


 

 


Marcel Duchamp




Facture de monsieur Brancusi.P1210403


Charlotte Perriand




Quelques images par ordre chronologique 

cliquez pour voir tout ça en plus grand.


 







 

 

Les bricoleurs sont à l’honneur !!


Les congés payés développent l’essor du camping

Bien entendu le BHV propose toutes sortes d’articles.







Quelques  différents véhicules de livraisons.





Véhicule de dépannage et de livraison en 1960


Le premier Escalator est installé en 1954.




P1210414


 



 

L’invitation pour l’exposition de 2010.


 



Dessin au feutre réalisé par Jean -Charles de Castelbajac

dans le cadre de l’exposition.

mai 2016.


Allez y …