Rodin. Première partie.

Comme pour le musée de la Malmaison on se dit

« je connais »

et puis lorsqu’on y retourne on fait à nouveau de belles découvertes.

Le musée a fait peau neuve 

Dans le jardin une série de panneaux accrochés aux arbres présentent Rodin, sa vie, son oeuvre, ..

Je vous montre presque tout  pour que vous ayez le plaisir de découvrir (peut-être?) certains aspects de sa personnalité;

J’ai fait trois parties de cette visite car tout montrer en une seule fois vous aurait lassé.


Je suis né à Paris rue de l’arbalète dans le 5 ème arrondissement.

Nous étions 5 enfants. À 22 ans il ne reste que moi.


Rodin  et sa sœur Maria


Rodin écolier :

« je suis un élève médiocre, myope.

Je ne maîtrise ni l’orthographe ni la syntaxe.

Je rechigne à prendre la parole, je suis un taiseux.

Mes moyens naturels sont la terre et le crayon. »


« J’échoue 3 fois au concours d’entrée des beaux- arts

me privant du prestigieux Sésame des artistes, le prix de Rome!

Un mal pour un bien car ces années de travail en tant qu’artiste me formeront pour le reste de ma vie »


Premier scandale!

« On m’accuse d’avoir moulé  directement sur un modèle et même d’avoir utilisé un cadavre.

Trois longues années de polémique.

Pourtant ce scandale m’ouvre les portes du succès. »


Rodin à table.

« J’ai des goûts simples: le ragoût, l’omelette, la tarte aux pommes,

et un bon vin accompagne mes repas .

Monet et moi avons le même fournisseur de vin! »



« Octave Mirbeau est un de mes plus fervent défenseurs.

anticonformiste il à compris le premier, le bouleversement que j’apporte à la sculpture. »


« Monet mon cher ami de toujours.

Monet m’a aidé à comprendre la lumière, les nuées,

la mer, les cathédrales. »


Rainer Maria Rilke

« C’est grâce à lui que je découvre l’hôtel Biron en 1908.

Il a été aussi mon secrétaire:

je n’ai pas su estimer à sa juste valeur l’immense poète quand il était à mes côtés. »


Victor Hugo.

« je lui voue une admiration sans bornes.

A l’occasion d’un repas en sa compagnie,

je le dessine furtivement sous tous les angles, car il ne voulait pas poser pour son buste! »


Rose Beuret.

Quel grand cadeau Dieu m’a fait en la mettant près de moi!

Ma bonne Rose, compagne de la première heure,

elle a souffert mes infidélités, mais je lui suis resté fidèle.

( je rajoute mon grain de sel, comment être fidèle tout en étant infidèle!!????)

Elle m’a accompagné toute ma vie.

Je finirai par l’épouser en 1917, trois semaines avant sa mort. »


Les modèles

« j’ai l’habitude de les laisser errer

sans vêtements dans mon atelier.

A les voir ainsi vivre nus autour de moi je me suis familiarisé avec tous leurs mouvements . »


Camille Claudel

« A 17 ans, elle entre dans mon atelier comme  élève, collaboratrice, muse et devient bientôt ma maîtresse.

Je suis  séduit par son tempérament fougueux

et son talent exceptionnel.

Je la sollicite à tout instant. Elle est ma féroce amie! »


L’atelier.

« Je suis un ouvrier. Ces rudes mains que voici gâchent le plâtre.

J’ai gardé de l’époque où j’étais apprenti des habitudes de maçon.

Je suis comme les artistes de la Renaissance: c’étaient des artisans et non des beaux messieurs. »



« La ville de Calais me commande un bourgeois,

j’en propose six! »


Le penseur

« Dans le quartier de mon enfance mon Penseur va trouver sa place.

Traité de  » gorille » de  « brute énorme « , le Penseur devient finalement l’incarnation de la pensée humaine. »


Le Baiser

« Alors que beaucoup de mes oeuvres ne sont pas comprises, ce Baiser vous a immédiatement séduit. »


La recherche du Balzac!

« Il s’appelle Estager et conduit une charrette pour un tonnelier d’Azay.

Cela fait des mois que je sillonne la région de Tours à la recherche d’un sosie de l’auteur de la Comédie Humaine. »



Rodin à Meudon

« je me lève à 6h, monsieur Costa mon coiffeur vient pendant que je dessine.

À 8h j’ouvre mon courrier et dicte mes lettres,

je consacre  le reste de ma matinée aux visiteurs.

Je déjeune à midi et je pars rejoindre mon atelier à Paris

où m’attendent mes modèles et les personnalités

dont je fais le portrait.


Rodin collectionneur

« Dans le jardin de Meudon, un Bouddha de Borobudur est venu rejoindre ma collection d’antiques.

J’en ai près de six mille de la Grèce, de Rome, de l’Egypte mais aussi du Moyen- âge. »


Rodin et la musique

« Parfois , je fais venir un petit groupe de musiciens

qui me jouent des airs de Bach, de Gluck, de Mozart ou encore de Beethoven.

Ils s’installent dans ma chambre alors que je suis encore couché

et je laisse mon âme être emportée par ces mélodies. »


Rodin dessinateur

« j’ai été dessinateur avant de devenir sculpteur.

mes sculptures sont des dessins sous toutes les dimensions.


« À Rome j’ai fait le portrait du pape Benoît XV qui ne m’a accordé que trois séances de pose.

Difficile de prendre au vol les impressions de cette physionomie.

Il n’a pas supporté ma façon de travailler.

Je suis reparti avec un lot de photographies et j’ai travaillé d’arrache- pied pour sauver le portrait.

Mais le pape est déçu du résultat. »


Rodin incompris

« je crois que l’homme, à mon âge, double un cap bien difficile

et est submergé par le découragement.

Ma carrière est jalonnée d’épreuves et de scandales.

Je suis à bout, je suis fatigué autant par les calomnies que les louanges exagérées.

Je donne à l’état toute mon œuvre en plâtre, marbre, bronze, pierre, et mes dessins ainsi que ma collection d’antiques.

Et je demande à l’état de garder toutes ces collections en l’hôtel Biron qui sera le musée Rodin.

La dernière lutte pour la création de mon musée m’épuise. »


La création du musée.

A cause de la guerre, trois années ont passé entre la donation et l’ouverture de mon musée.

C’était le 4 août 1919, voilà bientôt un siècle.

Vous êtes plus de 600 000 visiteurs chaque année venues du monde entier.


Mes dernières minutes

« je meurs le 17 novembre 1917 en pleine guerre mondiale.

Je serai enterré à Meudon avec Rose.

Je m’étends dans la nature et je ne regrette rien. »


Pour avoir la suite continuez le défilement,

également  après la deuxième partie .

Rodin: deuxième partie

Tout d’abord un petit tour par l’exposition Kieffer furtivement présentée à l’entrée du musée.

Pour ma part j’ai trouvé ces toiles monumentales assez impressionnantes.

Puis quelques vitrines d’objets étranges.

 




L’âge d’airain



La mort


Un faune penché sur une jarre.


Jeune femme au chignon


L’adieu


Les causeuses: Camille Claudel.




La vague: Camille Claudel


Le fils d’Ugolin


Vertumne et Pomone: Camille Claudel


Lady Sackville



La main du diable


Absolution:

Cet assemblage monumental et unique est présenté pour la première au public.

Cette oeuvre est inédite et énigmatique,

constituée de plusieurs figures

(torse d’Ugolin assis, La Terre, Tête de la Martyre)

agencées sous un grand drapé.

 


 


 

Maurice Haquette.

 


Mozart 

 


Victor Hugo

 


Madame Fenaille



Galatée


Reconstitution d’un coin de l’atelier de Rodin.

Il posait ses sculptures sur des caisses ou des sellettes 



Je meurs le 17 novembre 1917

Je m’étends dans la nature et ne regrette rien.

 

La fée pâtissière


 

Sa passion fabriquer des gâteaux tous plus beaux les uns que les autres, et bons…

En plus elle garde une ligne de sylphide, comment fait-elle?

Je constate aussi que ses gâteaux ressemblent à la photo de la recette!!!! 

Pour ma part cela reste un rêve jamais atteint.

En cadeau vous avez une recette à la fin de l’article.

Maintenant admirez toutes ces merveilles.

Si vous voulez je me chargerai de lui envoyer vos compliments.


Blanc manger 


Framboisier


Gâteau chocolat croustillant noisette

Génoise rhum ananas


Sablé rose


Bavarois à la mangue


Bavarois fraise


Fraisier


Cocotes de Pâques


Forêt noire


Souche bûche de Noël


Gâteau chocolat croustillant


Gâteau au lait d’amande


Paris -Brest


Moka café

 


Key lime pie


Galette des rois


Gâteau Nantais et sa recette.

                                               

GÂTEAU NANTAIS

  • 250 g de beurre
  • 300 g de sucre
  • 250 g de poudre d’amandes
  • 80 g de farine (sans levure) T65 car lèvera moins
  • 6 œufs
  • 150 gr de rhum
  • confiture d’abricot
  • 225 g de sucre glace
  • 1 moule de 24 cm environ
Préchauffer le four à 180°C (th 6).
Dans un saladier, mélanger le beurre mou avec le sucre puis ajouter la poudre d’amande.

Bien mélanger et ajouter les œufs entiers au mélange.

Ajouter ensuite la farine puis 40 gr de rhum. 

Mélanger bien et verser la préparation dans un moule beurré.

Enfourner 45 min (la pointe d’un couteau doit ressortir sèche quand le gâteau est cuit).

Le gâteau, sans levure, ne devrait pas trop lever ce qui facilite la dernière étape : le glaçage.

Dès la sortie du four, imbiber le gâteau encore brûlant de 100 gr de rhum dilué avec 20 gr d’eau avec un pinceau, 

bien réparti sur toute la surface, et laisser refroidir.

Couvrir le gâteau d’une couche de confiture d’abricot chauffée avec un pinceau. 

Chauffée pour que le glaçage prenne ensuite.

Préparer le glaçage en mélangeant le sucre glace avec du rhum. 

Étaler le glaçage sur l’ensemble du gâteau puis passer sous le grill 2 mn

pour uniformiser le glaçage et laisser reposer avant de déguster.


A vous:

 

 

 

Kimono, exposition au musée Guimet


Pas de bla-bla lu et vite oublié.

Allez y ou documentez vous si cela vous intéresse vraiment;


 

Broderies et appliqués qui illustrent le magasin du « tailleur »



Beaucoup de motifs sont brodés, appliqués ou collés pour les parties en métal

Ils se complexifient de plus en plus avec le temps et le statut social.


Un portant spécialement adapté pour entreposer les kimonos sélectionnés pour la journée






 


 




Les objets du trousseau sont en laque noire dorée.

Certains sont ornés des emblèmes de la famille.

Le coffre à droite servait à enfermer les vêtements

et à les imprégner de vapeurs d’encens pour les parfumer.




Les épingles à cheveux.


Les peignes, (kushi) de laque poudrée d’or ou d’argent d’ivoire ou d’écaille.


La ceinture large et rigide : Obi



Tous les grands noms de la mode y sont représentés. Japonais et Français.




Jean-Paul Gautier






Yves Saint Laurent


 







Nous terminons par la mariée de Franck Sorbier