Une journée à Soissons.

Les physionomies, les gestes, les objets, représentés dans ces tableaux,

symbolisent la perversion des vilains et leurs moeurs.

Bien qu’ils nous apparaissent joviaux, ils n’en sont pas moins

des contre-exemples de la morale chrétienne

à propos desquels il est préférable de rire.

Nous présentons dans cette exposition les trois seuls tableaux

connus à ce jour de l’artiste Vincenzo Campi, conservés en France.

Ceux du musée des beaux-arts de Lyon et du musée Calvet à Avignon

montrent une nette parenté en introduisant la même figure

féminine rieuse au premier plan.



 


 





« Dégustation » de la ricotta


 

Les poissonniers
———

 


L’éducation du matou


 

—–

Et pendant ce temps dans le musée d’à côté

Une sortie scolaire

—-


 


 


 


Lecture attentive du cartel


La tempête EGON du 12 janvier 2017

Lors de la tempête Egon la grande rose de la cathédrale de Soissons

a été soufflée par le vent le jeudi 12 janvier 2017 vers 22h00.

De nombreux éléments de verre et de pierre

sont dispersés dans le grand orgue, occasionnant la

destruction d’une partie de l’instrument.


——

 


Tout est à reproduire à l’identique.

Une nouvelle pierre est en cours de recherche.

Celle de la rose est complètement désagrégée

et est devenue poreuse avec le temps.

Trop de coquillages en inclusion, paraît-il?

On attend les mécènes…..

Pour la taille nous avons les compagnons….

et pour les vitraux aussi….

2 pensées à propos de “Une journée à Soissons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *