nids perchés


Les nids perchés.

Dans la région de Saint-Fargeau, commune française

située dans le département de l’Yonne

en région Bourgogne-Franche-Comté. 

Par la même occasion on peut aussi visiter

la maison de Colette

à saint Sauveur en Puisay , entièrement rénovée 


Maison de Colette 



La ferme…. 


Un escalier , puis une terrasse…et la chambre..

 


Oui elle est de travers!!  Mais dedans tout va bien ..

.ça bouge juste un peu quand on marche

car la cabane est suspendue .



Bien évidemment l’arbre passe au travers du sol, de la chambre et du plafond..

il est encerclé de caoutchouc pour l’étanchéité…


Une  malette contient de quoi se faire un petit thé ou autre, une bouteille d’eau, d’étancher sa soif  

la nuit par exemple et des rideaux à accrocher

devant les fenêtres.

Les toilettes « sèches »sont  derrière un rideau.

on fait comme les chats …

 


Le  petit déjeuner est apporté et déposé très discrètement

à  8 heures du matin par le monsieur.

Un vrai pain de campagne , trois confitures,

du bon beurre, une Thermos de jus de fruits

et une thermos par personne d’une boisson chaude…

Les bols sont des poteries réalisées par des artisans locaux

il y a beaucoup de potiers dans la région

dont un village entièrement dédié à cet artisanat.


Chaque chambre à sa salle de douches ( à l’italienne)

quatre donc …

sur chaque porte la photo de la cabane,

donc on ne va pas chez le voisin!

 Il y a en plus deux toilettes pour les quatre cabanes.

.photo de droite: le petit lit où l’on s’assied pour ôter ses souliers .

il y a des petits chaussons à disposition.


Dans  la grange, en plus des salles de bains

il y a une partie boutique avec des créations artisanales et

des gourmandises puis au centre une partie salon

avec des canapés et un rayonnage lecture.

On peut emprunter un livre, le garder contre 2 €

ou alors donner un livre .



Extraits du livre d’or

Allez y au moins une fois dans votre vie, c’est super

et on dort bien….

 

La grande Mosquée de Paris.

Un voyage au cœur de Paris, un autre jardin secret.

2 bis place du puits de l’ermite, 5 ème

 

 C’est là que chaque année est annoncée la date du début du ramadan en France.

la Grande Mosquée de Paris, lieu de prière abrite également un hammam, un salon de thé et un restaurant. 

 Le salon de thé ( à la menthe of course )

et puis des gateaux très sucrés et caloriques

 









Pour les dames pas assez vêtues on distribue des paréos plutôt jolis

à porter autour de la taille ou sur les épaules 



Les murs sont décorés de belles mosaïques et la salle de prière ( des hommes ) de beaux tapis.


Malheureusement les bassins étaient vides

et les fontaines ne ruisselaient pas.

Les jardins sont luxuriants

 




Il y avait une réception : toutes les dames avaient revêtu leur beaux habits hauts en couleur.


Un couple très assorti 




Le buffet était cependant minimaliste.

Du coca de l’eau et des choux livrés en vrac dans des grands sacs plastique… pas fun….




Les femmes sont reléguées au sous -sol dans une salle de prière très banale  située entre le parking et les toilettes pour hommes.



Les fleurs attirent les abeilles et les photographes 


Et puis en sortant un petit tour au jardin des plantes avec visite au jardin alpin..


et l’amusement devant certaines sculptures 

il s’agit d’un rhinocéros  ruant !! 




C’est ouvert tous les jours 

Amusez vous

Allez y 

 

Les jardins secrets

Entrez avec moi dans ces jardins fabuleux,

entièrement créés par une famille de grand talent…

tout est fabriqué , créé par le papa, la maman ,

leurs trois filles et maintenant leurs petits enfants


Tout était en friche et à commencé comme ça

On reste béât devant tant de beauté.

C’est l’œuvre d’une vie,

on peut visiter tout à loisir et se promener comme chez soi..

on s’arrête sous les tonnelles pour prendre un thé à la menthe ou une collation servie par les maîtres des lieux.

Madame s’occupe de la création des jardins, et à  peint  les meubles de motifs floraux, animaliers et romantiques







les filles ont tapissé les sols de calades,



Les fontaines ruissellent dans les patios intimistes







Les petits salons vous accueillent avec leur banquettes orientales ,







Décors de ferronnerie, de bois sculpté, de pierre etc…

















Enfin je ne sais plus quoi dire pour signifier le contentement

que l’on éprouve en visitant ces jardins

Je vous propose une succession de photos sans légendes

juste le plaisir des yeux

Ce couple originaire de Tunisie et du Maroc sait nous faire

partager leur bonheur de vivre et de créer.

1561 route de Lagnat

74150 VAULX

Pas loin D’Annecy.



 















 

 

Les kiosques Parisiens.

Voici un extrait d’un message  de « Paris zigzag »

Je  vous engage à vous abonner à ce site,

on apprend beaucoup..

Si on aime Paris et y flâner comme une certaine fourmi infatigable et curieuse de tout,

il est fait pour vous.

Donc ces fameux kiosques nous approvisionnent généreusement en journaux et autre

depuis des dizaines d’années

Se demande t- on d’où ils viennent?

Oui pour certains curieux.

En fait monsieur Davioud qui comme beaucoup

le savent à donné son nom à la rue dans laquelle

j’ai habité pendant plus de 36 ans

et pour qui  j’ai une tendresse particulière,

à beaucoup œuvré pour le confort de Paris.

Architecte  de son état il a été à l’origine du théâtre du Châtelet, de la fontaine saint Michel

que l’on ne regarde pas assez..

et aussi des petits abris le long du lac du bois de Boulogne.

Puis  ces petits « chenils »?? ( kiosques )

furent au début réservés aux veuves de guerre pour

qu’elles puissent venir y chercher une petite aide financière.

Sur les Grands Boulevards le premier kiosque

voit son apparition en 1857,  éclairé le soir il avait l’avantage de sécuriser les alentours.



En 1859 de nouveaux kiosques plus novateurs

font leur apparition.

En chêne avec des dômes en zinc,

un auvent pour protéger les acheteurs.

En 1880 ils sont 340!

Ils sont placés surtout dans les quartiers chics de la capitale.


 

Aujourd’hui.

ils sont encore plus de 300.

Mais les kiosquiers faisant faillite car l’activité est peu rentable les kiosques commencent à diminuer.

plus que 266 en 2004 !

Donc pour redonner un « coup de fouet »

la mairie a décidé de les autoriser

à vendre des produits dérivés.

Parapluies, souvenirs, confiseries etc…

enfin tout le monde connait

il suffit d’aller au Trocadéro pour le voir.

Pour ma part je préférerais un « vrai » kiosque pour la presse et d’autres pour les fariboles.

Mais tout va encore changer. D’autres modèles sont à l’étude .

Il faut faire travailler les designers.

aluminium, verre, zinc, espace etc…

Du pratique mais du moins beau et surtout aucun charme.

enfin il faut vivre avec son temps, n’est ce pas ?